Connexion utilisateur

CAPTCHA
Anti Spam

Ecomobile clubs

Nous appelons 'écomobile club', une communauté de personnes qui s'organise pour se déplacer autrement dans un village ou sur un lieu de travail. Ce sont les échelons des relations interpersonnelles et celles-ci sont incontournables quand il s'agit de changer des comportements bien ancrés. Les communautés facilitent également la rencontre entre les covoitureurs qui ont un même point de départ ou d'arrivée. Voici des avancées dans les villages périurbains et les entreprises de notre territoire.

Voir aussi notre étude sur les changements de comportement.

Dans les villages périurbains

En juillet 2020, dix villages pilotes se sont engagés à promouvoir les mobilités sobres dans le cadre de l'initiative 'Mon village bouge'. L’ambition était modeste : il s’agissait d’encourager et d’aider les habitants à essayer des alternatives la voiture en solo. Cette initiative devait permettre de répondre, au plus près du terrain, au défi de l’urgence climatique. Elle était portée par autosBus et Bourg Nature Environnement, deux associations qui coopèrent au sein du Conseil de développement de la Communauté d’agglomération.

Les rencontres inter-villages ont été très suivies et bien appréciées. Les dix villages ont réalisé au total une trentaine d’actions en un an, par exemple : une fête du vélo, un pédibus, une voie douce. De ce point de vue, c’est une belle réussite obtenue en pleine crise sanitaire. Mais l’impact sur les comportements de mobilité a été (trop ?) modeste. Les personnes qui ont participé aux activités lancées dans les villages ont fait quelques pas sur le chemin de la mobilité sobre mais très peu se sont déclarées prêtes à se passer de leur voiture, ne serait-ce que de temps en temps. Les actions des dix villages ont semé de belles graines mais l’urgence climatique commanderait d’aller plus vite.

Voir notre lettre d'information, le bilan de la première année, le programme 2022 et le site de l'initiative.

Que peut-on faire à l'échelon d'un village ? Voici des actions réalisées dans des villages de notre territoire :

 

Sur les lieux de travail

En 2019, nous avons contribué à l'action pilote 'Covoiturons d'urgence'. Dix entreprises de notre territoire, représentant 7 000 emplois, se sont engagées à promouvoir le covoiturage et le télétravail de façon concertée entre la direction et les représentants du personnel et à échanger mutuellement leurs expériences. Notre évaluation montre que cette action pilote a été un succès.

En trois mois, les dix entreprises ont engagé ou réalisé une quarantaine d’actions de promotion des mobilités sobres et plusieurs d’entre elles ont préparé des plans d’action pour amplifier leurs engagements. Les actions des entrepries ont porté par exemple sur : 

  • un dialogue social périodique sur la mobilité
  • une extension des possibilités de télétravail
  • une cartographie des lieux de résidence
  • un recueil de petites annonces de covoiturage
  • des places de stationnement réservées aux covoitureurs


Pour voir ce que les médias locaux ont retenu de 'Covoiturons d'urgence', écoutez l'émission de Radio B ou lisez l'article de l'Eco de l'Ain.

En 2019 également, nous avons réalisé une étude sur des entreprises françaises et suisses qui ont promu le covoiturage domicile-travail, ... et qui ont réussi. Voici quelques leçons tirées de leur expérience:

  • Lorsque les contraintes de stationnement sont fortes, les places réservées aux covoitureurs sont un moyen particulièrement efficace pour remplir les voitures.
  • Si l’on agit par la persuasion, alors tous les outils sont probablement complémentaires mais les plus efficaces sont, par ordre décroissant : les contacts personnels et informels, les applis de mise en relation et l’animation collective.
  • Pour parvenir à des résultats pérennes, la promotion du covoiturage doit être une responsabilité ancrée durablement dans l’organisation de l’entreprise tout en laissant la porte ouverte aux initiatives du personnel.
  • Il est intéressant pour une entreprise de s’appuyer sur les initiatives mises en place à l’échelle de son bassin d’emploi (information, animation, outils de mise en relation). Réciproquement, la réussite de ces initiatives demande que les entreprises prennent leurs responsabilités.